(ça dépend) ça dépasse

Bienvenue!

Ce blog est consacré à mes lectures (je sais, je fais dans l’originalité! 😉 ).

J’écrirai des billets le plus régulièrement possible, en fonction du temps dont je disposerai mais également de la matière disponible (parfois… on ne sait tout simplement pas quoi dire 🙂 ).

Et si vous voulez me laisser un ptit message, c’est juste en-dessous (ou à la fin de chaque message)!

Bonne visite!

Une réponse à “(ça dépend) ça dépasse

  1. Patrick Manoukian

    J’ai sûrement été le seul beatnik de l’époque à avoir traversé tous les Etats-Unis d’Est en Ouest en trois jours de stop non-stop pour assister au festival de Woodstock et m’apercevoir, en arrivant en Californie, que le festival s’ouvrait le jour même sur la côte Est à vingt kilomètres à peine …de mon point de départ.

    Mais depuis j’ai couru le monde et, comme vous le savez, les voyages déforment heureusement la jeunesse. Je suis alors devenu adepte du « Temps du voyage», et je vous en confie les secrets dans cette « Petite causerie sur la nonchalance et les vertus de l’étape », essai chaleureux et lumineux sur une autre façon de voyager

    Morceaux choisis pour vous :

    « C‘est le temps qu’on leur accorde qui rend les choses belles (…) L’idée me vint alors qu’il pouvait en être de même pour les voyages. Il devait y avoir des voyages que le voyageur, par sa façon de voyager, rendait heureux. Heureux qui comme Ulysse…Peut-être l’attention et le temps que nous devrions porter à chacune de nos étapes pourraient-ils en changer la nature, et faire d’elles des moments privilégiés capables de transformer l’esprit même du voyage. »

    « Il n’y a pas pire étape que celle qui ressemble à l’idée qu’on s’en faisait. Pour voyager heureux, il faut voyager surpris, c’est-à-dire ne pas avoir de but pour saisir, à chaque instant, l’occasion d’une halte imprévue »

    « Contrairement au touriste en visite, ou plus généralement au voyageur organisé qui cherche à retrouver ce qu’il s’attend à voir, le voyageur nonchalant qui fait étape n’est pas curieux de ce qu’il cherchait, mais plutôt de ce qu’il trouve. »

    « Voyager côte à côte, marcher ensemble, régler son pas l’un sur l’autre, se parler en regardant la même route…depuis longtemps je ne m’assieds plus face aux gens mais à leur côté. Ce simple détail suffit souvent à changer l’émotion des rencontres (…) Côte à côte, on a toujours l’impression que l’horizon, au loin, rapproche les vies parallèles. Face à face, en revanche, la présence de l’un marque physiquement la limite de l’autre. (…) Assis côte à côte à regarder un même événement ou un même paysage, on partage un regard différent sur une même chose. Assis face à face, le regard devient un jugement et une mesure de l’autre… »

    « Le voyageur n’est pas vierge de toute culture, et celles qu’il aborde ne sont vierges que pour lui. Nous promenons tous avec nous notre monde en bandoulière… »

    « Comme nous buvions du thé au lait salé, l’image m’est venue d’une émotion qui infuse en nous comme un thé dans l’eau bouillante. Le monde c’est l’eau, le thé c’est nous. Seul ce qui sort de notre moi le plus intime donne sa couleur et son goût au monde qui nous entoure. C’est en cela que chaque voyageur fait un voyage différent. »

    Le Temps du Voyage , de Patrick Manoukian
    Editions Transboréal – 96 pages / 8 euro
    http://www.transboreal.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s