***

« J’ai rencontré une épée nommée Excalibur. Je croyais que c’était une lame convenable, mais, à peine avions-nous commencé à voyager ensemble qu’elle s’est mise à m’assommer de baratin. Et c’est devenu de plus en plus étrange, au point que, finalement, j’ai dû m’enfuir de peur qu’elle ne me tue. »

Apportez-moi la tête du prince Charmant, de Roger Zelazny et Robert Sheckley

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Fragments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s