Pyramides, de Terry Pratchett

A tout seigneur tout honneur, la quatrième de couverture:
pyramidesAssis sur un bloc de pierre, le fantôme du pharaon regardait les deux embaumeurs s’affairer sur sa dépouille. Tout compte fait, on a du mal à se réjouir du spectacle de deux artisans plongés jusqu’aux coudes dans ses entrailles. Quant aux blagues de circonstance…  » Maître Aneth, dit le nouvel apprenti, ce boulot, ça remue les tripes mais qu’est-ce qu’on se boyaute !  » Car Teppicymon XXVII est mort et son fils va lui succéder. Pas facile d’hériter du trône quand on est encore un ado et qu’on vient d’achever ses études à la Guilde des Assassins… Vous voilà responsable du lever du soleil comme de l’abondance des récoltes. Et les ennuis vous guettent : vaches grasses, vaches maigres (par 7, bien entendu), sphinx, prêtres fanatiques, crocodiles sacrés et momies vagabondes. Sans compter que la Grande Pyramide a précipité le royaume dans une faille spatiotemporelle.A

« Pyramides » est le septième tome des Annales du Disque-monde, c’est-à-dire qu’il fait partie des premiers tomes de cette très longue série! Malheureusement je ne l’ai découvert que maintenant alors que je l’avais depuis quelques temps dans ma bibliothèque, principalement parce qu’il ne traite pas de mes personnages préférés: le magicien calamiteux Rincevent, Cohen le Barbare et LA MORT. Pas bien Youplala, la prochaine fois tu seras un peu plus curieuse! smileyquirigole

Bien que LA MORT (détrompez-vous, elle est un il en vrai… enfin… un euh… mâlehomme… une incarnation anthropomorphique masculine) fasse une apparition, le personnage principal ici est Teppicymon XXVIII. Teppic de son ptit nom a décidé de moderniser son vieux royaume et part donc suivre une formation chez la Guilde des Assassins de la grande ville d’Ankh-Morpork. A peine a-t-il réussi ses examens que de drôles de choses se passent chez lui, le forçant à rentrer au triple galop.
Comme à chaque fois, l’intrigue des romans de Pratchett est plutôt légère et ce n’est pas vraiment l’intérêt principal du livre. Bien au contraire, ce qui intéresse le lecteur c’est le délire continu du Disque-monde.
Ainsi, son multivers ressemble de manière étonnante au nôtre à quelques tout petits détails près. Par exemple, les chameaux sont de très fameux mathématiciens dont les capacités sont insoupçonnées, le Sphinx (certainement un cousin de celui qui a barré la route à OEdipe) est un vrai couillon,  les Grecs et les Troyens sont transformés en peuplades du cru et la Guilde des Assassins a pignon sur rue, y a pas de sot métier après tout mais que de sottes gens (qui se font zigouiller aussi sec si elles ne sont pas aimables envers la Guilde d’ailleurs).
A part ça les jeux de mots de mots débiles sont toujours là, les descriptions et les remarques loufoques sont légion et les personnages ont toujours un sérieux grain de folie.
Un petit exemple? Contexte: la Guilde des Assassins est l’unique obédience autorisée à trucider/buter/supprimer à Ankh-Morpork, et gare aux free-lance qui essayent d’empiéter sur ses plates-bandes, ses membres ne sont pas trop enclins à règler les problèmes de concurrence par une négociation. Citation: « Il y avait pourtant toujours quelques esprits indépendants qui se risquaient à gagner une vie précaire en marge de l’illégalité, et cinq hommes de ce genre se rapprochaient prudemment du trio [Teppic et ses deux amis] pour lui proposer la promotion de la semaine: une gorge tranchée plus vol et sépulture dans la vase fluviale de leur choix. »

Pour ce qui est de la forme, j’ai eu la chance de trouver quelques tomes de l’Atalante (l’éditeur de base du Disque-monde en France) chez un bouquiniste et y a pas à dire, ces livres sont plus agréables à lire et bien plus beaux que ceux de Pocket. Ne serait-ce que pour l’illustration sur la couverture, magnifique comme d’habitude.

Au final j’ai beaucoup aimé me replonger dans un des volumes du Disque-monde, la parodie de l’Egypte ancienne m’a bien fait rigoler et comme m’avait prédit Aurore, je ne verrai plus jamais les chameaux de la même manière! Un très bon Pratchett à mon sens. pouce

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Lecture dans le cadre du Challenge ABC 2008

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s